Incendie à la prison de Borallon, à l’ouest de Brisbane, le deuxième incendie de la prison du Queensland depuis le verrouillage du coronavirus

Deux gardiens de prison ont été emmenés à l’hôpital après que des détenus ont déclenché une émeute au centre correctionnel de Borallon, à l’ouest de Brisbane, au milieu du verrouillage du coronavirus de la quatrième étape.

Quatre cellules ont été endommagées, des fenêtres ont été brisées et un petit incendie s’est déclaré à l’extérieur de l’une des cellules.

Les prises de vue aériennes d’aujourd’hui montrent des débris éparpillés sur le sol à l’extérieur de certaines cellules.

Les services d’urgence et les pompiers ont été appelés à l’installation juste après 21 h hier, mais l’incendie avait été éteint avant leur arrivée.

Un porte-parole des services correctionnels du Queensland a déclaré que deux agents avaient été emmenés à l’hôpital en raison d’une réaction présumée aux produits chimiques contenus dans un extincteur. Pour les dernières nouvelles sur la pandémie de COVID-19, lisez notre blog en direct sur les coronavirus.

Le désordre au centre, qui s’est éteint aujourd’hui, survient quelques jours après une émeute au centre correctionnel Arthur Gorrie, où des prisonniers ont brisé des fenêtres et allumé des incendies après des retards importants dans les services de base des prisonniers.

Tous les centres correctionnels ont été placés dans la quatrième étape des restrictions le 26 août après un cas confirmé de COVID-19 au centre de détention pour jeunes de Brisbane à Wacol, dans l’ouest de Brisbane.

Certains centres ont depuis assoupli les restrictions, mais les détenus du centre correctionnel Arthur Gorrie, du centre de formation et de correction de Borallon, des escortes et des escortes de la direction de la sécurité à Wacol, au centre de correction de Wolston et au centre de correction de Woodford sont incapables de quitter leur cellule.

Il y a eu des problèmes à Arthur Gorrie dans la prestation des services essentiels, y compris les repas et les médicaments aux détenus.

Cela s’est produit au milieu des pressions sur la dotation en personnel causées par le retrait soudain de plus de 400 agents pour le test COVID-19.

Le commissaire des services correctionnels du Queensland, Peter Martin, a déclaré mardi que le vide avait été comblé par des agents volontaires d’autres prisons de l’État.

Jusqu’à présent, plus d’une douzaine de personnes ont été testées positives au COVID-19 au centre de détention pour jeunes et à l’académie de formation voisine.

Il y a actuellement 30 cas actifs dans l’État, dont deux autres cas confirmés aujourd’hui.

Le ministre des Services correctionnels, Mark Ryan, a déclaré qu’il s’agissait d’un incident mineur impliquant quelques prisonniers.

“Ils ont réagi rapidement, ils ont contenu la situation et ont veillé à ce que les mesures appropriées soient prises”, a-t-il déclaré.

«C’est un comportement scandaleux et inacceptable et il y aura des conséquences pour ces prisonniers.

«En fin de compte, nous devons agir rapidement en ce qui concerne l’exposition potentielle au COVID dans nos prisons, et c’est ce que nous avons fait.

“Cela pourrait signifier qu’il y a des situations loin d’être idéales pour les prisonniers.”