Le gouvernement du Queensland rend une décision pour Adani

Le gouvernement du Queensland a donné son feu vert à la construction de la méga-mine controversée.

Adani a obtenu l’approbation finale dont elle a besoin pour construire sa nouvelle mine de charbon dans le centre du Queensland.

Le département de l’environnement du Queensland a approuvé un plan de gestion des eaux souterraines sur et autour du site minier du bassin de Galilée de l’entreprise. Cela malgré les inquiétudes persistantes de certains experts en eau selon lesquelles la mine pourrait tuer un ancien complexe de sources et avoir des effets désastreux sur la santé de la rivière Carmichael.

La société minière indienne a promis plus tôt de commencer immédiatement à construire la mine si elle obtient l’approbation.

Ce n’est pas l’approbation finale dont Adani a besoin, mais c’est le dernier obstacle qui doit être franchi pour que la construction se poursuive.

Certains experts en eau ont averti que l’entreprise avait largement sous-estimé les impacts de la mine sur les eaux souterraines.

Les hydrologues de quatre universités australiennes affirment que la science de l’eau d’Adani est «gravement défectueuse» et que le complexe Doongmabulla Springs près de la mine pourrait se tarir de façon permanente, tuant les espèces végétales et animales qui en dépendent.

“Adani a sous-estimé les impacts probables sur les sources en adoptant des paramètres hautement irréalistes dans leurs calculs alors que leur modélisation est semée d’incertitudes”, a déclaré Adrian Werner, professeur d’hydrogéologie à l’Université Flinders.

«Cela permettra à Adani de drainer des milliards de litres d’eau avec ce plan d’eau souterraine, puis nous jouons effectivement à la roulette russe avec l’existence même d’un écosystème vieux de plusieurs millions d’années.

Le professeur Werner craint également pour la rivière Carmichael, affirmant qu’Adani a largement surestimé les niveaux de débit actuels de la rivière et que l’exploitation minière perturbera les sources d’eau souterraine qui maintiennent la rivière en eau pendant une grande partie de l’année.

Adani a déclaré que son plan pour les eaux souterraines était le résultat d’années de travail et qu’il se fierait aux points de vue des régulateurs chargés d’évaluer le plan.

Adani ne s’attend pas à ce que ses plans soient affectés par une décision du tribunal fédéral mercredi soir concernant ses projets de prélever jusqu’à 12,5 milliards de litres d’eau par an dans la rivière Sutton.

Le gouvernement fédéral a admis dans une contestation judiciaire qu’il n’avait pas correctement pris en compte les soumissions du public sur la proposition et avait même perdu certaines d’entre elles.

«Le gouvernement échoue fondamentalement à appliquer correctement les lois nationales sur l’environnement à ses approbations pour la mine d’Adani et a ignoré la profonde préoccupation du public concernant l’impact environnemental de la mine, a déclaré le directeur général Kelly O’Shannassy.

Un porte-parole du ministre fédéral de l’Environnement, Sussan Ley, a déclaré que la décision n’avait «aucune incidence sur l’approbation fédérale de la mine de charbon Carmichael elle-même» et n’affecterait pas la décision du gouvernement du Queensland d’accorder à Adani l’approbation finale de l’État dont il a besoin pour commencer la construction. la mine.

Le département de l’environnement du Queensland révélera s’il est satisfait du plan de gestion des eaux souterraines d’Adani, y compris une stratégie de protection des zones humides sacrées qui, selon certains experts, pourraient s’assécher définitivement si la mine se poursuit.

Le département est retourné à Adani avec des exigences supplémentaires la semaine dernière après que le CSIRO et Geoscience Australia aient fourni de nouveaux conseils sur les plans d’eau de l’entreprise.

Adani dit qu’il a déjà mis à jour le plan et l’a renvoyé. Si ses plans d’eau sont approuvés, Adani a promis de redémarrer immédiatement la construction de la mine.

La décision obligera le gouvernement à rouvrir la consultation publique.